Evangile et Homélie du Sa 30 Déc 2017. L’enfant grandissait et se fortifiait,rempli de sagesse et la grâce de Dieu était sur lui

Lectures de la messe

Première lecture (1 Jn 2, 12-17)

« Celui qui fait la volonté de Dieu demeure pour toujours » 

Lecture de la première lettre de saint Jean

Je vous l’écris, petits enfants :
Vos péchés vous sont remis à cause du nom de Jésus.
Je vous l’écris, parents :
Vous connaissez celui qui existe depuis le commencement.
Je vous l’écris, jeunes gens :
Vous avez vaincu le Mauvais.
Je vous l’ai écrit, enfants :
Vous connaissez le Père.
Je vous l’ai écrit, parents :
Vous connaissez celui qui existe depuis le commencement.
Je vous l’ai écrit, jeunes gens :
Vous êtes forts,
la parole de Dieu demeure en vous,
vous avez vaincu le Mauvais.

N’aimez pas le monde,
ni ce qui est dans le monde.
Si quelqu’un aime le monde,
l’amour du Père n’est pas en lui.
Tout ce qu’il y a dans le monde
– la convoitise de la chair,
la convoitise des yeux, l’arrogance de la richesse –,
tout cela ne vient pas du Père, mais du monde.
Or, le monde passe, et sa convoitise avec lui.
Mais celui qui fait la volonté de Dieu
demeure pour toujours.

– Parole du Seigneur.

Psaume 95 (96), 7-8a, 8b-9, 10)

Rendez au Seigneur, familles des peuples

rendez au Seigneur la gloire et la puissance,
rendez au Seigneur la gloire de son nom.

Apportez votre offrande, entrez dans ses parvis,
adorez le Seigneur, éblouissant de sainteté :
tremblez devant lui, terre entière.

Allez dire aux nations : « Le Seigneur est roi ! »
Le monde, inébranlable, tient bon.
Il gouverne les peuples avec droiture.


Évangile

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc (Lc 2, 36-40)

En ce temps-là,
quand les parents de Jésus vinrent le présenter au Temple,
il y avait aussi une femme prophète,
Anne, fille de Phanuel, de la tribu d’Aser.
Elle était très avancée en âge ;
après sept ans de mariage,
demeurée veuve,
elle était arrivée à l’âge de 84 ans.
Elle ne s’éloignait pas du Temple,
servant Dieu jour et nuit dans le jeûne et la prière.
Survenant à cette heure même,
elle proclamait les louanges de Dieu
et parlait de l’enfant
à tous ceux qui attendaient la délivrance de Jérusalem.

Lorsqu’ils eurent achevé
tout ce que prescrivait la loi du Seigneur,
ils retournèrent en Galilée, dans leur ville de Nazareth.

L’enfant, lui, grandissait et se fortifiait,
rempli de sagesse,
et la grâce de Dieu était sur lui.

– Acclamons la Parole de Dieu.


Extraits de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris-France, 1980-2017. Tous droits réservés.


Homélie ou Méditation du jour

Anne - « Dieu est miséricorde » - fille de Phanuel - « Dieu est lumière » - de la tribu d’Aser - « bonheur » - prophétise rien que par son nom ! C’est sous les voûtes obscures du Temple, dans le jeûne et la prière, qu’elle attendait que le Dieu de lumière fasse resplendir sa miséricorde pour le bonheur de son peuple. Convoquée par l’Esprit tout comme le vieillard Siméon, elle s’approche de Marie et de Joseph qui lui présentent l’Enfant de vie divine en qui cette femme désormais âgée, reconnaît l’accomplissement de la promesse et de sa longue attente.

Par le ministère prophétique de ces deux vieillards, Siméon et Anne, dont les yeux déjà s’éteignent, Jésus est annoncé comme la « lumière » - ce qui implique que nous sommes dans les ténèbres - comme « miséricorde » - dénonçant ainsi notre péché - et comme promesse de « bonheur » - soulignant l’absurde d’une vie sans Dieu. Telle est en trois mots, la Bonne Nouvelle que nous apporte cet Enfant de la part de Dieu son Père et notre Père. Par toute sa vie, sa mort et sa résurrection, Notre-Seigneur explicitera le sens de ces paroles.

Siméon nous avait avertis : cet Enfant « sera un signe de division » ; il nous oblige à prendre position entre le monde, dominé par la triple concupiscence - « les désirs égoïstes de la nature humaine, les désirs du regard, l’orgueil de la richesse » - et les réalités d’en haut, c’est-à-dire la volonté du Père que nous a fait connaître Jésus. Ce combat nous traverse et nous divise intérieurement ; il « dévoile les pensées secrètes » de nos cœurs pervertis ; mais nous savons que nous pouvons trouver dans « la Parole de Dieu qui demeure en nous », la force pour vaincre le Mauvais.

Encourageons-nous les uns les autres sur ce chemin étroit et escarpé et réveillons notre courage, car « le monde avec ses désirs est en train de disparaître ; mais celui qui fait la volonté de Dieu demeure pour toujours.

Père Philippe

http://www.meinau-catholiques.org



«Proclamait les louanges de Dieu et parlait de l'enfant à tous»

Aujourd'hui, Joseph et Marie viennent de célébrer le rite de la présentation de leur premier né, Jésus, dans le Temple de Jérusalem. Marie et Joseph n'épargnent rien pour accomplir avec soin tout ce que la loi prescrit, car accomplir ce que Dieu veut est un signe de fidélité, d'amour de Dieu.

Depuis que son fils —et Fils de Dieu— est né, Joseph et Marie expérimentent merveille après merveille: les pasteurs, les mages d'Orient, les anges… Non seulement des évènements extraordinaires extérieurs, mais aussi intérieurs, dans le cœur des personnes qui ont un certain contact avec cet Enfant. Aujourd'hui apparaît Anne, une femme, veuve, qui à un moment déterminé a pris la décision de dédier toute sa vie au Seigneur, avec des jeûnes et des prières. Nous ne nous trompons pas si nous disons que cette femme était une des “vierges prudentes” de la parabole du Seigneur (cf. Mt 25,1-13): veillant toujours fidèlement sur tout ce qui lui semble être la volonté de Dieu. Et bien sur: le moment venu, le Seigneur la trouve prête. Tout le temps qu'elle a dédié au Seigneur, cet Enfant le lui récompense largement. —Demandez-lui, demandez à Anne si ça valait la peine tant de prières, tant de jeûnes et tant de générosité!

Le texte dit que «elle proclamait les louanges de Dieu et parlait de l'enfant à tous ceux qui attendaient la délivrance de Jérusalem» (Lc 2,38). La joie se transformait en apostolat décidé: elle est le motif et la racine. Le Seigneur est incroyablement généreux avec ceux qui sont généreux avec Lui.

Jésus, Dieu incarné, vit la vie de famille à Nazareth, comme toutes les familles: grandir, travailler, apprendre, prier, jouer… “Sainte quotidienneté!”, routine bénie où grandissent et se forgent presque sans s’en rendre compte les âmes des hommes de Dieu! Comme les petites choses de tous les jours sont importantes!

Abbé Joaquim FLURIACH i Domínguez
(St. Esteve de P., Barcelona, Espagne)

http://evangeli.net/evangile



Prière d'introduction

Merci, Seigneur, pour cet exemple de la prophétesse Anne qui vient se mettre en ta présence. Nous aussi, en ce moment, nous nous présentons devant toi. Dispose-nous, comme elle, à te louer et à t'adorer.

Demande

Cet épisode de la vie de Jésus, la Présentation au Temple, nous donne le signe de la consécration pleine et entière de Jésus à son Père. Aide-moi, Seigneur, à me rapprocher de ce don entier de moi-même, dans l'âge et l'état de vie qui est le mien. Je désire être à toi maintenant, être à toi dans tous les âges de ma vie, être à toi pour toujours, sûr que ce don entier de moi-même en toi peut seul me combler.

Points de réflexion

1. « (…) elle était arrivée à l’âge de 84 ans. Elle ne s’éloignait pas du Temple, servant Dieu jour et nuit dans le jeûne et la prière. » « (…) elle proclamait les louanges de Dieu et parlait de l’enfant à tous ceux qui attendaient la délivrance de Jérusalem. »

Voici une belle feuille de route pour tous ceux qui s'avancent vers le grand âge. Servir Dieu dans le jeûne, à l'âge où les cinq sens perdant souvent de leur acuité, obligent à un jeûne certain. Adorer Dieu dans la prière à l'âge où la mobilité plus difficile nous y engage plus instamment. Louer Dieu et parler de l'enfant à tous ceux qui attendaient la délivrance de Jérusalem, rendre grâce et donner des motifs d'espérance à ceux que nous rencontrons. Voilà ce que nous dit Anne, prophétesse de 84 ans.
Béni sois-tu, Seigneur, pour son exemple !

2. « Lorsqu’ils eurent achevé tout ce que prescrivait la loi du Seigneur, ils retournèrent en Galilée, dans leur ville de Nazareth.»
Ce sont maintenant Marie et Joseph qui sont donnés en exemple aux personnes adultes, responsables de famille. Voici la feuille de route : tout accomplir selon la Loi du Seigneur et s'en remettre à Dieu ! En se rappelant que la Loi du Seigneur est de l'aimer de tout notre cœur, de toute notre âme, de toutes nos forces et d'aimer notre prochain comme nous-mêmes.

3. « L’enfant, lui, grandissait et se fortifiait, rempli de sagesse, et la grâce de Dieu était sur lui. »
Jésus, modèle des enfants, est notre maître à imiter si nous voulons entrer dans le Royaume des cieux. Lui, dont sainte Thérèse de l'Enfant-Jésus et le bienheureux Père Marie-Eugène de l'Enfant-Jésus portaient le nom. Dans cette vie cachée, Jésus enfant nous apprend le silence, il nous apprend à garder le silence extérieur et intérieur pour mieux murmurer : Père bien-aimé… et notre Père qui est dans le silence nous répond : enfant bien-aimé…

Dialogue avec le Christ

Tu te présentes à Anne, dans ce passage, comme un tout petit enfant, en silence. Aujourd'hui, de la même manière, tu es présent dans tous les tabernacles du monde. Dans ces tabernacles, tu attends notre venue, tu attends de nous rencontrer, tu attends de nous bénir et de nous combler bien au-delà de notre foi. La rencontre avec toi a comblé de joie la prophétesse Anne. Donne-nous aussi de te rencontrer et de recevoir une étincelle de la joie que tu as auprès du Père.

Résolution

Aujourd'hui, je prendrai le temps de passer devant une église et de m'arrêter devant Jésus-Hostie présent dans le tabernacle. Être devant lui, simplement, pour le regarder et me laisser regarder.

Patricia Freisz

http://www.regnumchristi.fr



Il y avait aussi une femme prophète, Anne, fille de Phanuel, de la tribu d’Aser. Elle était très avancée en âge ;

après sept ans de mariage, demeurée veuve, elle était arrivée à l’âge de quatre-vingt-quatre ans. Elle ne s’éloignait pas du Temple, servant Dieu jour et nuit dans le jeûne et la prière.Pour revivifier notre espérance, l’Eglise rapproche le Bébé de Noel à deux merveilleux vieillards, Syméon et Anne. Habituellement nous voyons des signes d’espérance dans la présence d’êtres jeunes tout en promesse. Les jeunes traversent le temps, ils assurent la survie de la communauté. Quand il s’agit des réalités de l’au-delà, de l’amitié avec Dieu dans la vie éternelle, le soir est un beau signe d’espérance. Anne proclame la louange de Dieu, elle cherche sa présence. Elle vient quotidiennement au Temple assurer l’humanité de sa prière, de jour et de nuit : « Servant Dieu jour et nuit dans le jeûne et la prière. » Elle avait acquis une patience et une sensibilité si forte dans l’Esprit Saint qu’il pouvait s’approcher d’elle et se manifester à elle. Quand Jésus et Marie avec Joseph arrivent au Temple, elle s’approche d’eux et elle chante les louanges de Dieu, elle les suit tout simplement, comme on suit celui qui est la lumière.

"Survenant à cette heure même, elle proclamait les louanges de Dieu et parlait de l’enfant à tous ceux qui attendaient la délivrance de Jérusalem." C’est toute une vie de recueillement pour un instant de témoignage prophétique, à l’heure que Dieu avait choisie pour elle : « survenant à ce moment, elle se mit à célébrer Dieu et à parler de l’Enfant à tous ceux qui attendaient la libération de Jérusalem. » Anne vivait dans l’essentiel : « elle ne s’écartait pas du Temple, participant au culte, nuit et jour, par le jeûne et la prière. » Son chemin d’espérance est un grand amour vécu avec des petits moyens. Elle s’effaçait, grandissant devant l’œuvre de Dieu, dans un dévouement sans faille à la louange et dans l’action de grâce. Anne, dans le peuple de Jérusalem, attend la délivrance d’Israël et elle parle de l’enfant autour d’elle. Nous contemplons ce travail de douceur et de tendresse qui donne un enthousiasme nouveau ! Dans ce temps de Noël, une nouvelle plénitude est exprimée. Notre vie est désormais guidée par l‘Esprit Saint. Anne court annoncer l’enfant Jésus à tous ceux qui attendent la délivrance. Elle parle de ce qu’elle lit dans les yeux de ce tout-petit, dans les yeux de Marie et dans les yeux de Joseph. Ce message est pour nous, qui attendons d’être délivrés de la nuit.

"Lorsqu’ils eurent achevé tout ce que prescrivait la loi du Seigneur, ils retournèrent en Galilée, dans leur ville de Nazareth." L’enfant, lui, grandissait et se fortifiait, rempli de sagesse, et la grâce de Dieu était sur lui. Dieu visite le monde. La grâce de Noël est une grâce de « tout-petit. » Cette toute petitesse est comblée par Dieu, cette grande pauvreté est accueil de Dieu. Jésus nous donne de devenir enfants de Dieu ! Anne est devenue une toute nouvelle créature ! Il faut que l’enfant qui sommeille en nous grandisse, se fortifie grâce à Jésus le Sauveur de l’humanité. Conduits par Marie nous avançons remplis d’Esprit Saint en demandant que la grâce de Dieu soit continuellement sur nous. L’enfance spirituelle nous aide à dépasser les défauts de l’enfance. Nous voulons demeurer dans cette transformation qu’apporte Noël. « Alors qu’un profond silence enveloppait toutes choses et que la nuit en était au milieu de son cours, ta Parole toute-puissante, Seigneur, est venue du ciel. » Dès que nous allons à l’essentiel, nous nous rapprochons de la jeunesse de Dieu. Quand nous marchons dans la prière, nous anticipons le nouvel ordre des choses qui accomplit le quotidien éternel du Royaume.

Nous demandons la grâce d’un renouvellement, d’un désir de demeurer dans l’Amour nouveau apporté par Jésus.

Père Gilbert Adam

http://www.pere-gilbert-adam.org



Anne voit enfin Dieu dans son Temple

      Ce Dieu que le monde ne peut étreindre, comment l'homme au regard si limité peut-il le cerner ? L'amour ne se soucie pas de savoir si une chose est sûre, convenable ou possible. L'amour... ignore la mesure. Il ne se console pas sous prétexte que c'est impossible ; la difficulté ne l'arrête pas... L'amour ne peut pas ne pas voir ce qu'il aime... Comment se croire aimé de Dieu sans le contempler ? Ainsi, l'amour qui désire voir Dieu, même s'il n'est pas raisonné, est inspiré par l'intuition du cœur. C'est pourquoi Moïse a osé dire : « Si j'ai trouvé grâce devant toi, montre-moi ta face » (Ex 33,13s), et le psalmiste : « Montre-moi ton visage » (cf 79,4)...

      Dieu donc, connaissant le désir des hommes de le voir, a choisi un moyen pour se rendre visible qui soit un grand bienfait pour les habitants de la terre, sans être pour autant une déchéance vis-à-vis du ciel. La créature que Dieu avait faite sur terre semblable à lui pouvait-elle passer au ciel pour peu honorable ? « Faisons l'homme à notre image et ressemblance » avait-il dit (Gn 1,26)... Si Dieu avait emprunté au ciel la forme d'un ange, il serait demeuré tout autant invisible ; par contre, si sur terre il s'était incarné dans une nature inférieure à celle de l'homme, il aurait fait injure à la divinité et rabaissé l'homme au lieu de l'élever. Que personne donc, frères très chers, ne considère comme une injure portée à Dieu le fait qu'il soit venu aux hommes par un homme, et qu'il ait trouvé chez nous ce moyen d'être vu de nous.

Saint Pierre Chrysologue (v. 406-450), évêque de Ravenne, docteur de l'Église 

http://levangileauquotidien.org



Nos sources:


Extraits de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris-France, 1980-2017. Tous droits réservés.


Homélie ou Méditation du jour

1. Père Philippe

http://www.meinau-catholiques.org

2. Abbé A

http://evangeli.net/evangile

3. Frère F.

http://www.regnumchristi.fr

4. Père Gilbert Adam

http://www.pere-gilbert-adam.org

5. Pape P.

http://levangileauquotidien.org


   

 

 

Posté par cidh2050 à - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


Commentaires sur Evangile et Homélie du Sa 30 Déc 2017. L’enfant grandissait et se fortifiait,rempli de sagesse et la grâce de Dieu était sur lui

Nouveau commentaire