Évangile et Homélie du Dim 05 MAI 2019. Apparition au bord de la mer de Tibériade : la pêche miraculeuse

5 Mai 2019

Nous sommes le 3ème Dimanche de Pâques

Année C de la Férie


Première lecture

Lecture du livre des Actes des Apôtres

En ces jours-là,
les Apôtres comparaissaient devant le Conseil suprême.
    Le grand prêtre les interrogea :
    « Nous vous avions formellement interdit
d’enseigner au nom de celui-là,
et voilà que vous remplissez Jérusalem
de votre enseignement.
Vous voulez donc faire retomber sur nous
le sang de cet homme ! »
    En réponse, Pierre et les Apôtres déclarèrent :
« Il faut obéir à Dieu
plutôt qu’aux hommes.
    Le Dieu de nos pères a ressuscité Jésus,
que vous aviez exécuté en le suspendant au bois du supplice.
    C’est lui que Dieu, par sa main droite, a élevé,
en faisant de lui le Prince et le Sauveur,
pour accorder à Israël la conversion et le pardon des péchés.
    Quant à nous, nous sommes les témoins de tout cela,
avec l’Esprit Saint,
que Dieu a donné à ceux qui lui obéissent. »

    Après avoir fait fouetter les Apôtres,
ils leur interdirent de parler au nom de Jésus,
puis ils les relâchèrent.
    Quant à eux, quittant le Conseil suprême,
ils repartaient tout joyeux d’avoir été jugés dignes
de subir des humiliations pour le nom de Jésus.

    – Parole du Seigneur.


Psaume 29 (30), 3-4, 5-6ab, 6cd.12, 13)

Quand j’ai crié vers toi, Seigneur,
mon Dieu, tu m’as guéri ;
Seigneur, tu m’as fait remonter de l’abîme
et revivre quand je descendais à la fosse.

Fêtez le Seigneur, vous, ses fidèles,
rendez grâce en rappelant son nom très saint.
Sa colère ne dure qu’un instant,
sa bonté, toute la vie.

Avec le soir, viennent les larmes,
mais au matin, les cris de joie !
Tu as changé mon deuil en une danse,
mes habits funèbres en parure de joie !

Que mon cœur ne se taise pas,
qu’il soit en fête pour toi ;
et que sans fin, Seigneur, mon Dieu,
je te rende grâce !


 

Deuxième lecture (Ap 5, 11-14)

Lecture de l’Apocalypse de saint Jean

Moi, Jean,
    j’ai vu :
et j’entendis la voix d’une multitude d’anges
qui entouraient le Trône, les Vivants et les Anciens ;
ils étaient des myriades de myriades,
par milliers de milliers.
    Ils disaient d’une voix forte :
« Il est digne, l’Agneau immolé,
de recevoir puissance et richesse,
    sagesse et force,
honneur, gloire et louange. »

    Toute créature dans le ciel et sur la terre,
sous la terre et sur la mer,
et tous les êtres qui s’y trouvent,
je les entendis proclamer :
« À celui qui siège sur le Trône, et à l’Agneau,
la louange et l’honneur,
la gloire et la souveraineté
pour les siècles des siècles. »
    Et les quatre Vivants disaient : « Amen ! » ;
et les Anciens, se jetant devant le Trône, se prosternèrent.

    – Parole du Seigneur.


 

Évangile (Jn 21, 1-19)

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean

En ce temps-là,
    Jésus se manifesta encore aux disciples
sur le bord de la mer de Tibériade, et voici comment.
    Il y avait là, ensemble, Simon-Pierre,
avec Thomas, appelé Didyme (c’est-à-dire Jumeau),
Nathanaël, de Cana de Galilée,
les fils de Zébédée,
et deux autres de ses disciples.
    Simon-Pierre leur dit :
« Je m’en vais à la pêche. »
Ils lui répondent :
« Nous aussi, nous allons avec toi. »
Ils partirent et montèrent dans la barque ;
or, cette nuit-là, ils ne prirent rien.

    Au lever du jour, Jésus se tenait sur le rivage,
mais les disciples ne savaient pas que c’était lui.
    Jésus leur dit :
« Les enfants,
auriez-vous quelque chose à manger ? »
Ils lui répondirent :
« Non. »
    Il leur dit :
« Jetez le filet à droite de la barque,
et vous trouverez. »
Ils jetèrent donc le filet,
et cette fois ils n’arrivaient pas à le tirer,
tellement il y avait de poissons.
    Alors, le disciple que Jésus aimait
dit à Pierre :
« C’est le Seigneur ! »
Quand Simon-Pierre entendit que c’était le Seigneur,
il passa un vêtement,
car il n’avait rien sur lui,
et il se jeta à l’eau.
    Les autres disciples arrivèrent en barque,
traînant le filet plein de poissons ;
la terre n’était qu’à une centaine de mètres.
    Une fois descendus à terre,
ils aperçoivent, disposé là, un feu de braise
avec du poisson posé dessus,
et du pain.
    Jésus leur dit :
« Apportez donc de ces poissons que vous venez de prendre. »
    Simon-Pierre remonta
et tira jusqu’à terre le filet plein de gros poissons :
il y en avait cent cinquante-trois.
Et, malgré cette quantité, le filet ne s’était pas déchiré.
    Jésus leur dit alors :
« Venez manger. »
Aucun des disciples n’osait lui demander :
« Qui es-tu ? »
Ils savaient que c’était le Seigneur.
    Jésus s’approche ;
il prend le pain
et le leur donne ;
et de même pour le poisson.
    C’était la troisième fois
que Jésus ressuscité d’entre les morts
se manifestait à ses disciples.

    Quand ils eurent mangé,
Jésus dit à Simon-Pierre :
« Simon, fils de Jean, m’aimes-tu vraiment,
plus que ceux-ci ? »
Il lui répond :
« Oui, Seigneur ! Toi, tu le sais : je t’aime. »
Jésus lui dit :
« Sois le berger de mes agneaux. »
    Il lui dit une deuxième fois :
« Simon, fils de Jean, m’aimes-tu vraiment? »
Il lui répond :
« Oui, Seigneur ! Toi, tu le sais : je t’aime. »
Jésus lui dit :
« Sois le pasteur de mes brebis. »
    Il lui dit, pour la troisième fois :
« Simon, fils de Jean, m’aimes-tu ? »
Pierre fut peiné
parce que, la troisième fois, Jésus lui demandait :
« M’aimes-tu ? »
Il lui répond :
« Seigneur, toi, tu sais tout :
tu sais bien que je t’aime. »
Jésus lui dit :
« Sois le berger de mes brebis.
    Amen, amen, je te le dis :
quand tu étais jeune,
tu mettais ta ceinture toi-même
pour aller là où tu voulais ;
quand tu seras vieux,
tu étendras les mains,
et c’est un autre qui te mettra ta ceinture,
pour t’emmener là où tu ne voudrais pas aller. »
    Jésus disait cela pour signifier par quel genre de mort
Pierre rendrait gloire à Dieu.
Sur ces mots, il lui dit :
« Suis-moi. »

    – Acclamons la Parole de Dieu.

LECTURE BREVE

Évangile (Jn 21, 1-14)

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean (Jn 21, 1-14)

En ce temps-là,
    Jésus se manifesta encore aux disciples
sur le bord de la mer de Tibériade, et voici comment.
    Il y avait là, ensemble, Simon-Pierre,
avec Thomas, appelé Didyme (c’est-à-dire Jumeau),
Nathanaël, de Cana de Galilée,
les fils de Zébédée,
et deux autres de ses disciples.
    Simon-Pierre leur dit :
« Je m’en vais à la pêche. »
Ils lui répondent :
« Nous aussi, nous allons avec toi. »
Ils partirent et montèrent dans la barque ;
or, cette nuit-là, ils ne prirent rien.

    Au lever du jour, Jésus se tenait sur le rivage,
mais les disciples ne savaient pas que c’était lui.
    Jésus leur dit :
« Les enfants,
auriez-vous quelque chose à manger ? »
Ils lui répondirent :
« Non. »
    Il leur dit :
« Jetez le filet à droite de la barque,
et vous trouverez. »
Ils jetèrent donc le filet,
et cette fois ils n’arrivaient pas à le tirer,
tellement il y avait de poissons.
    Alors, le disciple que Jésus aimait
dit à Pierre :
« C’est le Seigneur ! »
Quand Simon-Pierre entendit que c’était le Seigneur,
il passa un vêtement,
car il n’avait rien sur lui,
et il se jeta à l’eau.
    Les autres disciples arrivèrent en barque,
traînant le filet plein de poissons ;
la terre n’était qu’à une centaine de mètres.

    Une fois descendus à terre,
ils aperçoivent, disposé là, un feu de braise
avec du poisson posé dessus,
et du pain.
    Jésus leur dit :
« Apportez donc de ces poissons que vous venez de prendre. »
    Simon-Pierre remonta
et tira jusqu’à terre le filet plein de gros poissons :
il y en avait cent cinquante-trois.
Et, malgré cette quantité, le filet ne s’était pas déchiré.
    Jésus leur dit alors :
« Venez manger. »
Aucun des disciples n’osait lui demander :
« Qui es-tu ? »
Ils savaient que c’était le Seigneur.
    Jésus s’approche ;
il prend le pain
et le leur donne ;
et de même pour le poisson.
    C’était la troisième fois
que Jésus ressuscité d’entre les morts
se manifestait à ses disciples.

    – Acclamons la Parole de Dieu.


Extraits de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris-France, 1980-2019. Tous droits réservés.



Méditation du jour
Prière

« Il est digne, l’Agneau immolé, de recevoir puissance et richesse, sagesse et force, honneur, gloire et louange. » (Ap 5, 12) « À celui qui siège sur le Trône, et à l’Agneau, la louange et l’honneur, la gloire et la souveraineté pour les siècles des siècles. » (Ap 5, 13)

Demande

Jésus, que je laisse ton Esprit faire en moi les merveilles que tu souhaites !

Réflexion

1. Cette troisième apparition du Christ auprès des apôtres est très touchante. On y voit la sollicitude du Christ pour ses amis les plus chers : il leur prépare un repas, remplit leur filet de poissons, les sert, parle avec eux, … Son cœur déborde d’amour pour ses douze apôtres qui ont encore tant de chemin à parcourir. Jésus a accompli sa mission : il a vaincu le péché et rendu possible notre totale union à Dieu. Il a fait de nous des fils de Dieu. Ce trésor de la grâce, Dieu veut le transmettre à tous les hommes et pour cela il a besoin de ces douze hommes, qui ont appris à le connaître et qui l’aiment profondément. C’est un moment de crise et de transition entre la Résurrection et la Pentecôte, où les apôtres ne comprennent pas grand-chose ; mais après la désorientation totale et la désillusion, ils sont remplis de joie d'avoir retrouvé leur Seigneur.

Le psaume reflète bien ce que devait être l’état de leur âme : « Avec le soir, viennent les larmes, mais au matin, les cris de joie. (…) Tu as changé mon deuil en une danse, mes habits funèbres en parure de joie. » (Ps 29, 6.12)

Les larmes de la Passion se sont converties en cris de joie ! C’est une expérience, à différentes échelles, très présente dans la vie du chrétien.

2. Avant la pêche miraculeuse, les apôtres avaient déjà vu Jésus ressuscité, mais ils ne savaient pas encore quoi faire. On voit Pierre qui retourne à son occupation quotidienne, la pêche, et tous les autres le suivent. Ces douze apôtres sont la petite Église naissante qui est consciente de ce qui les unit : ils ont tous suivi le Christ qui les a rassemblés, mais ils ne connaissent pas encore leur mission et ne savent plus quoi faire. C’est Jésus qui vient à leur rencontre pour les rassurer et les éclairer. Au travers des paroles qu’il adresse à Pierre, le premier pape, il les appelle à le suivre une nouvelle fois et confirme leur vocation de disciples et d’amis du Christ. Par cette phrase adressée à Pierre : « Sois le berger de mes agneaux », Jésus instaure la hiérarchie de l’Église qui exerce en son nom le rôle de père, guide et maître. Ce texte se trouve à la fin de l’Évangile de saint Jean, ce qui montre l’initiative du Christ dans la constitution de son Église à travers l’instauration de sa hiérarchie.

3. Il est très révélateur que le Christ instaure cette hiérarchie juste après le miracle de la pêche miraculeuse. Il confie son peuple aux apôtres tout en leur montrant qu’il en est le seul chef et que c’est dans la mesure où ils seront à son écoute qu’ils porteront du fruit. Pierre en a bien conscience lorsqu’il dit dans l’épître d’aujourd’hui : « C’est lui que Dieu, par sa main droite, a élevé, en faisant de lui le Prince et le Sauveur, pour accorder à Israël la conversion et le pardon des péchés. » (Ac 5, 31) Jésus a fait de ses disciples des pécheurs d’hommes, comme il leur a promis, pour pêcher en son nom, tout en restant présent au sein de son Église et en étant la source de toute grâce, que ses disciples le voient ou non. C’est bien après avoir suivi son conseil que les apôtres ont reconnu le Christ.

Jésus ne continue-t-il pas d’agir ainsi, d’une façon mystérieuse, sans qu’on sache que c’est lui qui guide nos actions ? C’est en voyant les fruits que nous le découvrons. On voit bien cette transformation que Jésus, au travers de son Esprit, a opéré en ses apôtres, en voyant le changement entre le saint Pierre qui trahit Jésus et le saint Pierre qui accepte avec joie de se faire flageller, pour avoir annoncé la bonne nouvelle aux Juifs, comme nous le montre l’épître d’aujourd’hui.

Dialogue avec le Christ

Jésus, je sais que tu es là, que tu tiens ma vie, l’Église et le monde entre tes mains. C’est toi qui m’appelles chaque matin à te suivre et qui me fais découvrir chaque jour le chemin que tu as choisi pour moi. C’est toi que je cherche et c’est toi qui es toute ma joie.

Résolution

Prier et offrir un sacrifice pour le pape, les évêques et les prêtres qui ont une lourde responsabilité afin qu’ils aient une plus grande confiance en l’action de Dieu à travers eux et qu’ainsi ils soient plus dociles et abandonnés entre les mains du Christ.

Jeanne Mendras, consacrée de Regnum Christi

http://www.regnumchristi.fr



Après cela, Jésus se manifesta encore aux disciples sur le bord du lac de Tibériade, et voici comment.

Il y avait là Simon-Pierre, avec Thomas (dont le nom signifie : Jumeau), Nathanaël, de Cana en Galilée, les fils de Zébédée, et deux autres disciples. Simon-Pierre leur dit : « Je m’en vais à la pêche. » Ils lui répondent : « Nous allons avec toi. » Ils partirent et montèrent dans la barque ; or, ils passèrent la nuit sans rien prendre. Pierre est encore sur la mer, il est dans la nuit, dans l’adversité du monde, dans l’échec. Il n’a pris aucun poisson. Si Pierre est capable des plus belles déclarations, il a été conduit sur un chemin de mensonge qu’il n’avait pas voulu. Il est encore tiraillé entre le reniement qui l’a séparé de son Maitre et la profession de foi devant Jésus. Pourtant, Jésus a choisi Pierre pour diriger son Église. La vie chrétienne prend son sens dans le mystère de l’amour, un amour en acte et en vérité. C’est un amour qui se nourrit du cœur blessé de Jésus, l’Agneau de Dieu, et du cœur de la Femme qui est demeurée fidèle. L’amour a besoin d’un cœur qui le reçoit, c’est un "je t’aime d’amour." À aucun moment les résistances de Pierre n’ébranlent Jésus dans le choix qu’il a fait de lui pour guider son Eglise.

Au lever du jour, Jésus était là, sur le rivage, mais les disciples ne savaient pas que c’était lui. Jésus les appelle : « Les enfants, auriez-vous un peu de poisson ? » Ils lui répondent : « Non. » Il leur dit : « Jetez le filet à droite de la barque, et vous trouverez. » Ils jetèrent donc le filet, et cette fois ils n’arrivaient pas à le ramener, tellement il y avait de poisson. Alors, le disciple que Jésus aimait dit à Pierre : « C’est le Seigneur ! » Quand Simon-Pierre l’entendit déclarer que c’était le Seigneur, il passa un vêtement, car il n’avait rien sur lui, et il se jeta à l’eau. Pierre a compris maintenant que Jésus nous sauve dans la faiblesse : "Ils regarderont vers celui qu’ils ont transpercé." Dieu, par la puissance de cet Amour, a relevé Jésus ! » Il nous relèvera encore. La profession de foi de Pierre et sa trahison sont présentes à son ministère qui apparaît marqué du double sceau de l’appartenance consentie et de la fragilité subie. L’apparition de Jésus est donnée pour confirmer Pierre dans sa vocation. Jésus nous propose de vivre du même amour que lui, "ayant aimé les siens qui étaient dans le monde, les aima jusqu’à la fin" ! Aimer l’amour est sérieux et engageant. C’est de cet amour dont nous avons le plus besoin. Jésus nous donne cet amour dans l’Eucharistie qui est le mystère d’Amour à célébrer jusqu’à ce qu’il revienne. Avec Jean, à l’école de Marie, nous voulons entrer dans cet amour.

"C’était la troisième fois que Jésus ressuscité d’entre les morts se manifestait à ses disciples. Quand ils eurent déjeuné, Jésus dit à Simon-Pierre : « Simon, fils de Jean, m’aimes-tu plus que ceux-ci ? » Il lui répond : « Oui, Seigneur, je t’aime, tu le sais. » Jésus lui dit : « Sois le berger de mes agneaux. » Il lui dit une deuxième fois : « Simon, fils de Jean, m’aimes-tu ? » Il lui répond : « Oui, Seigneur, je t’aime, tu le sais. » Jésus lui dit : « Sois le pasteur de mes brebis. » Il lui dit, pour la troisième fois : « Simon, fils de Jean, est-ce que tu m’aimes ? » Pierre fut peiné parce que, pour la troisième fois, il lui demandait : « Est-ce que tu m’aimes ? » et il répondit : « Seigneur, tu sais tout : tu sais bien que je t’aime. » Jésus lui dit : « Sois le berger de mes brebis. Dieu est amour et c’est l’amour qui demande à Pierre par trois fois : « M’aimes-tu ? » Cet amour exprimé par Jésus est un défi pour nous car aimer l’amour n’est pas évident. Par son amour, Jésus va remettre Pierre dans sa vocation : « Simon, fils de Jean, m’aimes-tu ? » Par sa triple interrogation Jésus provoque Pierre à une triple profession de foi ; Est-ce que tu me reconnais ? « Oui, Seigneur, je t’aime, tu le sais. » Il lui dit : “Suis-moi.” Pierre prend conscience qu’il lui faudra veiller sur l’Église, le Corps du Christ, qui lui est confié. Jésus est là, ressuscité, au plus grand étonnement des Apôtres. Déjà il leur a donné l’Esprit Saint en leur disant : "Allez, et pardonnez tous les péchés." Jésus ressuscité donne l’Esprit Saint, il donne les moyens de réaliser son œuvre, dans un rapport d’amour tout personnel avec lui. Il a donné aux ministres de l’Église le pouvoir de pardonner les péchés.

Nous demandons la grâce de comprendre les paroles de Jésus et d’y adhérer de tout notre cœur.

Père Gilbert Adam

http://www.pere-gilbert-adam.org






Extraits de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris-France, 1980-2019. Tous droits réservés.

Homélie ou Méditation du jour

 1. Père Philippe

http://www.meinau-catholiques.org

2. Abbé A

http://evangeli.net/evangile

3. Frère F.

http://www.regnumchristi.fr

4. Père Gilbert Adam

http://www.pere-gilbert-adam.org

5. Pape P.

http://levangileauquotidien.org



   

 

Posté par cidh2050 à 07:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,