La Sainte Trinité, le mystère le plus difficile à comprendre sera célébrée dans notre Egilse Catholique ce dimanche 22 Mai

S’il y a quelque chose de difficile à comprendre dans la foi chrétienne, c’est bien le mystère de la Sainte Trinité : un seul Dieu en trois personnes. Pour cette année 2016, la Fête de la Sainte Trinité  est célébrée le dimanche 22 Mai. La Chorale Belgo-Burundaise CSFA anime une Messe à l’Eglise Sainte Marie d’ANS pour cette solennité. Pour mieux se préparer à cette sainte fête, la rédaction de chorale CSFA a fait sa petite recherche en visitant quelques sites/blogs, le catéchisme catholique, les prières et méditations sur ce Mystère.

Nous partageons ci-dessous une publication adaptée principalement à partir du site: http://catechese.canalblog.com, avec l'aimable autorisation de Jacques Gimard"


Nous honorons spécialement la Sainte Trinité par le signe de la croix et l’invocation : « GLOIRE AU PÈRE, AU FILS ET AU SAINT-ESPRIT. » Soyons joyeux de savoir qu’en Dieu il y a un Père qui nous aime, qu’il y a un Fils que veut que nous soyons ses frères, et qu’il y a l’Esprit-Saint pour nous donner lumière, force et charité. N’oublions pas que les trois personnes divines viennent dans le cœur de ceux qui sont en état de grâce : « Si quelqu’un m’aime, a dit Jésus, nous viendrons à lui et nous ferons en lui notre demeure. »

 

La sainte Trinité nous marque de notre naissance par le baptême  à notre mort !

Aux fonts baptismaux, le prêtre nous dit : « Au nom du Père, et du Fils, et du Saint-Esprit, allez et marchez dans la vie. ». Aux portes de la tombe, quand nous serons étendus défaillants sur notre lit d’agonie, le prêtre nous dira : « Partez, âme chrétienne, au nom du Père qui vous a créée, au nom du Fils qui a souffert pour vous, au nom du Saint-Esprit qui vous a sanctifiée ! » 

Ainsi, c’est entre deux invocations à la Trinité que la religion a placé tous les jours de l’homme. Et comme ces jours, semblables à des flots qui s’égarent, auraient pu perdre de leur pureté en ne coulant plus sous les yeux de Dieu, le catholicisme a voulu que le souvenir de la Trinité nous revînt, non seulement dans toutes les circonstances graves de la vie, mais encore souvent dans la même journée.

 

 Source : CAULY (Mgr E.) — Le Catéchisme expliqué - dogme, morale, sacrements, culte - (Paris, J. de Gigord Éditeur, nouvelle édition, 319e à 352e mille, 1924) 

Les sacrements qui se trouvent entre le baptême et l’extrême onction sont tous administrés au nom de Dieu en trois personnes, et l’Église tient tellement à ce que les chrétiens ne perdent pas de vue ce mystère, qu’elle le mêle à ses prières du matin au soir, à ses prédications, à ses hymnes et à son sacrifice. Sur la terre, elle répète : Gloire au Père, gloire au Fils, gloire au Saint-Esprit ! comme les Séraphins, dans leurs éternelles extases, répètent : Saint ! saint ! saint !, le Dieu des Armées ! Gloire au plus haut des Cieux ! Le Gloria patri, c’est l’hosannah des hommes, l’hymne sans fin de ce monde.

 

Saint Augustin cherche à comprendre la Saint trinité mais...

Le grand mystère de la Trinité écrase tellement l’esprit, que, pour en parler avec convenance, il faut se servir des paroles que les saints ont dites avant nous. Sans cette prudence, vous courez le risque de vous égarer.

 

 

Source : PRIGENT (Chanoine) — Mon catéchisme illustré - cours moyen et supérieur (Paris, Libraire Saint-Joseph, s.d.)

 

-------------------------------------------------------------------------
© Secrétariat CSFA 2016: (csfachorale@gmail.com) avec

http://catechese.canalblog.com, avec l'aimable autorisation de Jacques Gimard"

 -------------------------------------------------------------------------

 

 

Posté par cidh2050 à 05:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,