Evangile et Homélie du dim 17 Fév. 2018. Heureux, vous les pauvres, car le royaume de Dieu est à vous.





 


Lectures de la messe

Première lecture

« Maudit soit l’homme qui met sa foi dans un mortel. Béni soit l’homme qui met sa foi dans le Seigneur » (Jr 17, 5-8)

Lecture du livre du prophète Jérémie

Ainsi parle le Seigneur :   

Maudit soit l’homme
qui met sa foi dans un mortel,
qui s’appuie sur un être de chair,
tandis que son cœur se détourne du Seigneur.
    Il sera comme un buisson sur une terre désolée,
il ne verra pas venir le bonheur.
Il aura pour demeure les lieux arides du désert,
une terre salée, inhabitable.

Béni soit l’homme
qui met sa foi dans le Seigneur,
dont le Seigneur est la confiance.
    Il sera comme un arbre, planté près des eaux,
qui pousse, vers le courant, ses racines.
Il ne craint pas quand vient la chaleur :
son feuillage reste vert.
L’année de la sécheresse, il est sans inquiétude :
il ne manque pas de porter du fruit.

    – Parole du Seigneur.


Psaume  1, 1-2, 3, 4.6)

Heureux est l’homme
     qui n’entre pas au conseil des méchants,
qui ne suit pas le chemin des pécheurs,
ne siège pas avec ceux qui ricanent,
mais se plaît dans la loi du Seigneur
et murmure sa loi jour et nuit !

Il est comme un arbre
     planté près d’un ruisseau,
qui donne du fruit en son temps,
et jamais son feuillage ne meurt ;
tout ce qu’il entreprend réussira.
Tel n’est pas le sort des méchants.

Mais ils sont comme la paille
     balayée par le vent.
Le Seigneur connaît le chemin des justes,
mais le chemin des méchants se perdra.


 

Deuxième lecture (1 Co 15, 12.16-20)

Lecture de la première lettre de saint Paul Apôtre aux Corinthiens

Frères,
    nous proclamons que le Christ est ressuscité d’entre les morts ;
alors, comment certains d’entre vous peuvent-ils affirmer
qu’il n’y a pas de résurrection des morts ?
    Car si les morts ne ressuscitent pas,
le Christ non plus n’est pas ressuscité.
    Et si le Christ n’est pas ressuscité,
votre foi est sans valeur,
vous êtes encore sous l’emprise de vos péchés ;
    et donc, ceux qui se sont endormis dans le Christ sont perdus.
    Si nous avons mis notre espoir dans le Christ
pour cette vie seulement,
nous sommes les plus à plaindre de tous les hommes.
    Mais non ! le Christ est ressuscité d’entre les morts,
lui, premier ressuscité parmi ceux qui se sont endormis.

    – Parole du Seigneur.


Évangile

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc (Lc 6, 17.20-26)

 

En ce temps-là,
    Jésus descendit de la montagne avec les Douze
et s’arrêta sur un terrain plat.
Il y avait là un grand nombre de ses disciples,
et une grande multitude de gens
venus de toute la Judée, de Jérusalem,
et du littoral de Tyr et de Sidon.

Et Jésus, levant les yeux sur ses disciples, déclara :
« Heureux, vous les pauvres,
car le royaume de Dieu est à vous.
    Heureux, vous qui avez faim maintenant,
car vous serez rassasiés.
Heureux, vous qui pleurez maintenant,
car vous rirez.
    Heureux êtes-vous quand les hommes vous haïssent
et vous excluent,
quand ils insultent
et rejettent votre nom comme méprisable,
à cause du Fils de l’homme.
        Ce jour-là, réjouissez-vous, tressaillez de joie,
car alors votre récompense est grande dans le ciel ;
c’est ainsi, en effet, que leurs pères traitaient les prophètes.

    Mais quel malheur pour vous, les riches,
car vous avez votre consolation !
    Quel malheur pour vous qui êtes repus maintenant,
car vous aurez faim !
Quel malheur pour vous qui riez maintenant,
car vous serez dans le deuil et vous pleurerez !
    Quel malheur pour vous lorsque tous les hommes disent du bien de vous !
C’est ainsi, en effet, que leurs pères traitaient les faux prophètes. »

    – Acclamons la Parole de Dieu.



 

Extraits de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris-France, 1980-2017. Tous droits réservés.


 

Homélie ou Méditation du jour

Fiche de liturgie adapté aux enfants le dimanche 17 février 2019

 

Accueil

Nous faisons ensemble un signe de croix. Chaque enfant peut dire son prénom pour se présenter et se mettre en présence de Dieu. Nous écoutons le même Evangile que les parents, et que les chrétiens du monde entier aujourd’hui. Il est préférable de lire l’Evangile dans un missel plutôt que sur une feuille volante. Les enfants peuvent venir en procession embrasser la Parole (le livre ouvert) après la proclamation de l’Evangile, en chantant (par exemple « Que vive mon âme à te louer ! »)

 

Acclamation de l’Evangile selon saint Luc (6, 17-26)

Pistes de réflexion

Les enfants connaissent sûrement cet Evangile : les « béatitudes », c’est-à-dire les chemins de bonheur que nous ouvre Jésus. Ayons bien à l’esprit que Jésus désire que nous soyons heureux mais ce bonheur ne fait pas très envie a priori : être pauvre, avoir faim, pleurer, être insulté … Quel est le point commun entre toutes ces situations ? C’est le manque, l’absence. Si on est pauvre, on a besoin d’argent, si on a faim, on a besoin de pain… A l’inverse, si on a tout, on n’a besoin de rien, donc on n’a besoin ni de Dieu ni des autres, on ne vit que pour soi et on devient malheureux. « Heureux, vous les pauvres »  Le pauvre dans la Bible n’est pas uniquement celui qui manque d’argent mais plus largement celui qui se sent petit, faible et qui reconnaît qu’il n’est rien sans l’amour de Dieu. « Heureux, vous qui avez faim maintenant » Bien sûr nous pensons à ceux qui ont faim de pain, mais il y a beaucoup de faims inassouvies dans le cœur de l’homme : la faim d’amour, la faim de la Parole de Dieu qui donne des forces. « Heureux, vous qui pleurez maintenant »  Celui qui pleure est celui qui est triste pour lui-même ou qui a un cœur sensible aux malheurs qui l’entourent, celui qui est compatissant. Si Jésus répète « maintenant », c’est pour signifier que cet état va changer. « Heureux êtes-vous quand les hommes vous haïssent et vous excluent, quand ils insultent et rejettent votre nom comme méprisable, à cause du Fils de l’homme. » Celui qui est rejeté à cause de Jésus, c’est un témoin du Christ, voire un martyr. Il préfère Jésus à la reconnaissance des hommes et marche sur le chemin de la sainteté. « Mais malheureux » En contrepoint des quatre béatitudes, il y a trois avertissements débutant par « malheureux ». Ce ne sont pas des paroles de malédictions, parce que nous sommes profondément libres et que l’avenir n’est pas écrit. Simplement, ce sont des mises en garde : attention, si vous empruntez cette route, elle ne mène qu’à la perdition, ce n’est pas la voie du bonheur. Ce thème des deux voies est très répandue dans l’Ancien Testament et on le retrouve fréquemment dans les psaumes et chez les prophètes. Le mélange du futur et du présent (« heureux êtes vous ») montre que Jésus parle du bonheur que nous vivrons dans le Royaume des cieux et du bonheur que nous pouvons déjà goûter sur cette terre, quelles que soient les difficultés. C’est le fait d’être proche de Jésus qui peut nous rendre vraiment heureux. En disant ce discours, Jésus ne compte pas diviser ceux qui l’écoutent en deux groupes, les heureux et les malheureux, mais il demande à chacun de regarder ce qui en lui va le rendre heureux et ce qui va l’empêcher de marcher sur ce chemin de bonheur. Etre ami de Dieu, c’est avant tout comprendre que ni la richesse, ni la reconnaissance des hommes, ni le rassasiement du corps ne peuvent combler notre cœur. Il faut donc se placer sous son regard d’amour et croire qu’il va nous aider toute notre vie à travers toutes les épreuves qu’il nous sera donné de vivre. Lorsque nous prions le  « Notre Père », nous demandons à Dieu d’être heureux. Quand nous disons « que ta volonté soit faite », il faut bien croire que Dieu ne veut que notre bonheur, sinon il ne faut pas dire cette prière. Un Dieu tout puissant qui pourrait désirer autre chose que notre bonheur serait un Dieu dangereux qu’il ne faudrait surtout pas prier. Mais notre Dieu n’est qu’amour et on peut le suivre en toute confiance.

 

 

 

Source : L’intelligence des Ecritures, M.N. Thabut, Artège

 

 

Activité

 

Coloriage du dessin, après une brève explication de celui-ci.

 

GIF - 3.8 ko

 

« Heureux, vous les pauvres, car le royaume de Dieu est à vous. » (Luc 6, 20)       
      


 


 

 

http://evangeli.net/evangile


 


 

 

Prière

 

Père, envoie sur moi l’Esprit Saint pour qu’il me fasse connaître Jésus !

 

Demande

Seigneur, donne-moi de te faire confiance, de plus en plus !

 

Réflexion

1. Écoutons notre Seigneur Jésus-Christ, Dieu avec nous, nous dire à tous : « Heureux, vous les pauvres », «Heureux, vous qui avez faim maintenant », « Heureux, vous qui pleurez maintenant », « Heureux, êtes-vous quand les hommes vous haïssent et vous excluent, quand ils vous insultent ». Laissons ces paroles nous toucher, nous secouer peut-être, entrer en nous. Et demandons-lui : « Que veux-tu me dire par cela ? Où veux-tu m’emmener ? » Dieu n’est pas en train de nous imposer le malheur, ni de nous faire rechercher la souffrance pour la souffrance. Mais il veut nous détacher de ce qui entrave notre bonheur, de ce qui nous empêche d’être avec lui. Il nous invite à regarder les choses d’en-haut, les choses qui sont du ciel (cf. Col 3, 2).

Si je suis ainsi détaché des richesses temporelles, et surtout si mon cœur est attaché par amour au Seigneur, alors je suis sur le chemin du bonheur. Je peux disposer de richesses, me nourrir, connaître des personnes qui me chérissent et m’estiment, mais ma sécurité n’est pas en elles. Elle est bien plus forte parce que mon rocher, mon refuge, c’est le Seigneur (cf. Ps 17).

Nous retrouvons aussi cela dans la liturgie de ce dimanche : « Béni soit l'homme qui met sa foi dans le Seigneur, dont le Seigneur est la confiance. » (Première lecture, Jr 17), « Heureux est l’homme qui (…) se plaît dans la loi du Seigneur et murmure sa loi jour et nuit ! » (Ps 1). La loi du Seigneur n’est pas une série de normes, un simple code législatif. La loi du Seigneur, c’est le projet d’amour du Seigneur pour nous. Et donc c’est aussi ses promesses envers nous, son Alliance, et ce à quoi il nous invite. En pensant à ce bonheur que le Seigneur veut pour nous, et que nous désirons tant, écoutons les paroles de ces psaumes : « Beaucoup demandent : ‘Qui nous fera voir le bonheur ?’ Sur nous, Seigneur, que s’illumine ton visage ! Tu mets dans mon cœur plus de joie que toutes leurs vendanges et leurs moissons. » (Ps 4, 7-8) ; « J’ai dit au Seigneur : ‘ Tu es mon Dieu ! je n’ai pas d’autre bonheur que toi.’ » (Ps 15, 2)

2. Nous avons écouté la série des « Heureux » du Christ, prêtons aussi l’oreille et le cœur à ce qu’il dit ensuite : «Quel malheur pour vous, les riches », «Pour vous qui êtes repus maintenant », «Pour vous qui riez maintenant», « Pour vous lorsque tous les hommes disent du bien de vous ». Ce n’est pas que Dieu soit contre les moments heureux de notre vie ni contre la richesse ; d’ailleurs c’est lui-même qui bénit, comme il le fait par exemple avec Abraham et Job en leur donnant la richesse. Donc ce qu’il veut ce n’est pas que nous n’ayons rien, mais que nous ne soyons pas attachés à ce que nous possédons, de telle sorte que nous n’en fassions pas notre idole, le dieu que nous contrôlons et qui nous caresse dans le sens du poil.

Ainsi nous entendons également dans la première lecture de ce dimanche : « Maudit soit l’homme qui met sa foi dans un mortel, qui s’appuie sur un être de chair, tandis que son cœur se détourne du Seigneur. Il sera comme un buisson sur une terre désolée, il ne verra pas venir le bonheur. Il aura pour demeure les lieux arides du désert, une terre salée, inhabitable. » Soulignons que la Parole du Seigneur commence par les béatitudes et non par les malédictions comme pour nous expliquer que ce qui intéresse notre Dieu c’est que nous soyons dans le bonheur éternel et non dans le malheur. Il nous montre d’abord notre but. Et tel un père qui est bon, il prévient ses enfants.

3. Dans la liturgie d’aujourd’hui, nous entendons encore : «Il ne manque pas de porter du fruit. » (Jr 17), il «donne du fruit en son temps » (Ps 1), « votre récompense est grande dans le ciel » (Lc 6). Le bonheur et le malheur se reconnaissent aussi par les fruits qu’ils produisent, et non par le sentiment de bien-être qu’ils peuvent procurer et que nous pouvons être si enclins à rechercher plus que tout dans l’esprit de notre société actuelle.

Ainsi il vaut mieux ne pas confondre être content et être heureux. Être content : le verbe contenter veut dire se satisfaire ou aussi assouvir une tendance, un instinct, une envie. La personne est alors repliée sur elle-même, pour une réalisation strictement personnelle. Au contraire, être heureux – si l’on prend la traduction latine felicitas – se rapporte au verbe produire et signifie d'abord fécond, qui porte de bons fruits.

Ce qui est important dans ma vie, est-ce de satisfaire mes envies ou de porter du fruit ? Le Seigneur a prié pour que nous portions du fruit et que notre fruit demeure (cf. Jn 15, 16). Et en regardant les fruits, nous voyons que le bien produit du bien, et que le mal produit du mal, d’abord dans la personne qui l’a accompli, puis aussi dans la personne qui le reçoit directement, dans l’entourage, jusqu’à une répercussion universelle. En effet, ne sommes-nous pas tous liés, et plus encore en tant que fils de l’Église, membres d’un même corps, le corps du Christ (cf. 1 Cor 12, 27) ?

Ainsi, qui met sa foi dans le Seigneur est béni et il est aussi cause de bénédiction pour le monde.

 

Dialogue avec le Christ

Seigneur Jésus, pour notre part d’héritage, donne-nous de ne chercher qu’en toi notre bonheur et d’attendre avec confiance, au-delà de la nuit de notre mort, la joie de vivre en ta présence (cf. oraison des Complies du jeudi).

 

Résolution

Faire un acte de confiance en Dieu.

 

Anne-Marie Terrenoir, consacrée de Regnum Christi

 

http://www.regnumchristi.fr


 


 

 

Jésus descendit de la montagne avec eux et s’arrêta sur un terrain plat. Il y avait là un grand nombre de ses disciples et une grande multitude de gens venus de toute la Judée, de Jérusalem, et du littoral de Tyr et de Sidon.

Et Jésus, levant les yeux sur ses disciples, déclara : « Heureux, vous les pauvres, car le royaume de Dieu est à vous. Comme Moïse, Jésus s’arrête dans la plaine ou l’attend le peuple de Dieu. Dans la solennité de cet instant Jésus regarde ses disciples. Il regarde ainsi chacun de nous avec beaucoup d’amour et de tendresse. C’est bien aux disciples qu’Il révèle sa parole, mais cette Parole est pour tous. Jésus les regarde et immédiatement Il parle de bonheur : "Heureux vous les pauvres." La Joie est l’héritage des chrétiens. Un saint triste est un triste saint dit un adage mémorable. Ce qui vient au cœur de Jésus quand il regarde ses disciples qui marchent à sa suite, c’est : Vous êtes heureux, bienheureux. Cette Parole s’adresse à chacun de nous ! C’est ainsi que Jésus nous regarde : En marche, bénis ! Nous provoquons la joie du cœur de Jésus dans le petit bout de chemin que nous avons déjà parcouru à sa suite.

Heureux, vous qui avez faim maintenant, car vous serez rassasiés. Heureux, vous qui pleurez maintenant, car vous rirez. Heureux êtes-vous quand les hommes vous haïssent et vous excluent, quand ils insultent et rejettent votre nom comme méprisable, à cause du Fils de l’homme. Ce jour-là, réjouissez-vous, tressaillez de joie, car alors votre récompense est grande dans le ciel ; c’est ainsi, en effet, que leurs pères traitaient les prophètes. Heureux, bénis ceux qui suivent Jésus itinérant, ils n’ont vraiment que Lui comme richesse et comme bonheur. Si nous avons des biens, nous sommes prêt à les partager avec qui frappe à la porte. Notre appartenance au peuple des pauvres est en lien avec Jésus, c’est le mystère des Béatitudes pour les pauvres. Cette parole est au niveau d’un mystère, d’une appartenance à Jésus. Nous rejoignons Jésus dans son appel. Il est « l’itinérant » du Père, qui va descendre jusque dans nos enfers pour nous faire monter jusqu’au ciel, nous emmenant avec lui. Nous sommes introduits dans le mystère du Christ. C’est un lien d’amour nouveau qui nous fait vivre les uns avec les autres d’un nouvel amour. Ces liens d’amour nouveau font que le plus petit et le plus pauvre, à l’image et à la ressemblance de Jésus d’une manière particulière, est à la première place.

Mais quel malheur pour vous, les riches, car vous avez votre consolation ! Quel malheur pour vous qui êtes repus maintenant, car vous aurez faim ! Quel malheur pour vous qui riez maintenant, car vous serez dans le deuil et vous pleurerez ! Quel malheur pour vous lorsque tous les hommes disent du bien de vous ! C’est ainsi, en effet, que leurs pères traitaient les faux prophètes. Saint Paul dit aux Chrétiens : "Soyez toujours dans la joie, en toute circonstances." La tribulation, ou l’angoisse, la persécution, la mort ! Rien ne peut nous séparer de l’amour de Jésus Christ. Jésus est vraiment le bonheur en personne, il est la Bonne Nouvelle. Nous ne vivons pas seulement pour cette vie, nous vivons de la vie nouvelle que Jésus est venu nous apporter. Son Amour infini a déjà commencé à se répandre. Même quand Jésus a du porter pour nous cette « éclipse » qui lui fait dire : "Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné ?" Il n’a jamais cessé d’être heureux. Les profondeurs insoupçonnées de son être étaient toujours dans la Présence du Dieu qui vient. Il n’a jamais cessé d’être l’Enfant bien aimé du Père. C’est ce que nous sommes devenus en étant ses disciples. C’est dans ces Paroles de vie que le nouveau regard du Père nous est donné. Jésus nous regarde et nous reprenons vie dans le bonheur qu’il nous donne. Il nous a appauvrit des fausses richesses du monde. Notre joie est d’être appauvris par Jésus car Il a mis en nous le Royaume de Dieu, tout son amour.

 

Demandons la grâce de reprendre chacune des béatitudes, pour comprendre à quel bonheur Jésus nous invite.

 

Père Gilbert Adam

http://www.pere-gilbert-adam.org


 


 

 

« Heureux vous les pauvres ; le Royaume de Dieu est à vous »

 

La joie de demeurer dans l'amour de Dieu commence dès ici-bas. C'est celle du Royaume de Dieu. Mais elle est accordée sur un chemin escarpé, qui demande une confiance totale dans le Père et le Fils, et une préférence donnée au Royaume. Le message de Jésus promet avant tout la joie, cette joie exigeante ; ne s'ouvre-t-il pas par les béatitudes ? « Heureux, vous les pauvres, car le Royaume des cieux est à vous. Heureux vous qui avez faim maintenant, car vous serez rassasiés. Heureux vous qui pleurez maintenant, car vous rirez ».


      Mystérieusement, le Christ lui-même, pour déraciner du cœur de l'homme le péché de suffisance et manifester au Père une obéissance filiale sans partage, accepte de mourir de la main des impies, de mourir sur une croix. Mais... désormais Jésus est pour toujours vivant dans la gloire du Père, et c'est pourquoi les disciples ont été établis dans une joie indéracinable en voyant le Seigneur le soir de Pâques (Lc 24,41).


     Il reste que, ici-bas, la joie du Royaume réalisé ne peut jaillir que de la célébration conjointe de la mort et de la résurrection du Seigneur. C'est le paradoxe de la condition chrétienne qui éclaire singulièrement celui de la condition humaine : ni l'épreuve, ni la souffrance ne sont éliminées de ce monde, mais elles prennent un sens nouveau dans la certitude de participer à la rédemption opérée par le Seigneur et de partager sa gloire. C'est pourquoi le chrétien, soumis aux difficultés de l'existence commune, n'est cependant pas réduit à chercher son chemin comme à tâtons, ni à voir dans la mort la fin de ses espérances. Comme l'annonçait en effet le prophète : « Le peuple qui marchait dans les ténèbres a vu une grande lumière, sur les habitants du sombre pays une lumière a resplendi. Tu as multiplié leur allégresse, tu as fait éclater leur joie » (Is 9,1-2).

 

http://levangileauquotidien.org






 

 

Extraits de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris-France, 1980-2017. Tous droits réservés.

Homélie ou Méditation du jour

1. Père Philippe

http://www.meinau-catholiques.org

2. Abbé A

http://evangeli.net/evangile

3. Frère F.

http://www.regnumchristi.fr

4. Père Gilbert Adam

http://www.pere-gilbert-adam.org

5. Pape P.

http://levangileauquotidien.org


     

 

 

 

Posté par cidh2050 à 18:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


14 mars 2016

Evangile et Saint du Lundi 14 Mars





Résultat de recherche d'images pour

 

« Seigneur, vers qui irions-nous ? Tu as les paroles de la vie éternelle » Jn 6, 68


Le lundi 14 mars 2016: 5e semaine de Carême


Saint(s) du jour : Ste Mathilde de Germanie, reine d'Allemagne († 968), Bx Giacomo Cusmano, prêtre et fondateur (1834-1888)

Voir le commentaire ci-dessous, ou cliquer ici
Saint Clément d'Alexandrie : « Je suis la lumière du monde »

Livre de Daniel 13,1-9.15-17.19-30.33-62.

Il y avait un habitant de Babylone qui se nommait Joakim.
Il avait épousé une femme nommée Suzanne, fille d’Helkias. Elle était très belle et craignait le Seigneur.
Ses parents étaient des justes, et ils avaient élevé leur fille selon la loi de Moïse.
Joakim était très riche, et il possédait un jardin auprès de sa maison ; les Juifs affluaient chez lui, car il était le plus illustre d’entre eux.
Deux anciens avaient été désignés dans le peuple pour être juges cette année-là ; ils étaient de ceux dont le Seigneur a dit : « Le crime est venu de Babylone par des anciens, par des juges qui prétendaient guider le peuple. »
Ils fréquentaient la maison de Joakim, et tous ceux qui avaient des procès venaient les trouver.
Lorsque le peuple s’était retiré, vers midi, Suzanne entrait dans le jardin de son mari, et s’y promenait.
Les deux anciens la voyaient chaque jour entrer et se promener, et ils se mirent à la désirer :
ils pervertirent leur pensée, ils détournèrent leurs yeux pour ne plus regarder vers le ciel et ne plus se rappeler ses justes décrets.
Ils guettaient le jour favorable, lorsque Suzanne entra, comme la veille et l’avant-veille, accompagnée seulement de deux jeunes filles ; il faisait très chaud, et elle eut envie de prendre un bain dans le jardin.
Il n’y avait personne, en dehors des deux anciens qui s’étaient cachés et qui l’épiaient.
Suzanne dit aux jeunes filles : « Apportez-moi de quoi me parfumer et me laver, puis fermez les portes du jardin, pour que je puisse prendre mon bain. »
Dès que les jeunes filles furent sorties, les deux anciens surgirent, coururent vers Suzanne
et lui dirent : « Les portes du jardin sont fermées, on ne nous voit pas ; nous te désirons, sois consentante et viens avec nous.
Autrement nous porterons contre toi ce témoignage : il y avait un jeune homme avec toi, et c’est pour cela que tu as renvoyé les jeunes filles. »
Suzanne dit en gémissant : « De tous côtés, je suis prise au piège : si je vous cède, c’est la mort pour moi ; et si je refuse de céder, je n’échapperai pas à vos mains.
Mieux vaut pour moi tomber entre vos mains sans vous céder, plutôt que de pécher aux yeux du Seigneur. »
Alors Suzanne poussa un grand cri, et les deux anciens se mirent à crier contre elle.
L’un d’eux courut ouvrir les portes du jardin.
Les gens de la maison, entendant crier dans le jardin, se précipitèrent par la porte de service pour voir ce qui arrivait à Suzanne.
Quand les anciens eurent raconté leur histoire, les serviteurs furent remplis de honte, car jamais on n’avait dit pareille chose de Suzanne.
Le lendemain, le peuple se rassembla chez Joakim son mari. Les deux anciens arrivèrent, remplis de pensées criminelles contre Suzanne, et décidés à la faire mourir. Ils dirent devant le peuple :
« Envoyez chercher Suzanne, fille d’Helkias, épouse de Joakim. » On l’envoya chercher.
Elle se présenta avec ses parents, ses enfants et tous ses proches.
Tous les siens pleuraient, ainsi que tous ceux qui la voyaient.
Les deux anciens se levèrent au milieu du peuple, et posèrent les mains sur sa tête.
Tout en pleurs, elle leva les yeux vers le ciel, car son cœur était plein de confiance dans le Seigneur.
Les anciens déclarèrent : « Comme nous nous promenions seuls dans le jardin, cette femme y est entrée avec deux servantes. Elle a fermé les portes et renvoyé les servantes.
Alors un jeune homme qui était caché est venu vers elle, et a couché avec elle.
Nous étions dans un coin du jardin, nous avons vu le crime, et nous avons couru vers eux.
Nous les avons vus s’unir, mais nous n’avons pas pu nous emparer du jeune homme, car il était plus fort que nous : il a ouvert la porte et il s’est échappé.
Mais elle, nous l’avons saisie, et nous lui avons demandé qui était ce jeune homme ;
elle n’a pas voulu nous le dire. De tout cela, nous sommes témoins. » L’assemblée les crut, car c’étaient des anciens du peuple et des juges, et Suzanne fut condamnée à mort.
Alors elle cria d’une voix forte : « Dieu éternel, toi qui pénètres les secrets, toi qui connais toutes choses avant qu’elles n’arrivent,
tu sais qu’ils ont porté contre moi un faux témoignage. Voici que je vais mourir, sans avoir rien fait de tout ce que leur méchanceté a imaginé contre moi. »
Le Seigneur entendit sa voix.
Comme on la conduisait à la mort, Dieu éveilla l’esprit de sainteté chez un tout jeune garçon nommé Daniel,
qui se mit à crier d’une voix forte : « Je suis innocent de la mort de cette femme ! »
Tout le peuple se tourna vers lui et on lui demanda : « Que signifie cette parole que tu as prononcée ? »
Alors, debout au milieu du peuple, il leur dit : « Fils d’Israël, vous êtes donc fous ? Sans interrogatoire, sans recherche de la vérité, vous avez condamné une fille d’Israël.
Revenez au tribunal, car ces gens-là ont porté contre elle un faux témoignage. »
Tout le peuple revint donc en hâte, et le collège des anciens dit à Daniel : « Viens siéger au milieu de nous et donne-nous des explications, car Dieu a déjà fait de toi un ancien. »
Et Daniel leur dit : « Séparez-les bien l’un de l’autre, je vais les interroger. »
Quand on les eut séparés, Daniel appela le premier et lui dit : « Toi qui as vieilli dans le mal, tu portes maintenant le poids des péchés que tu as commis autrefois
en jugeant injustement : tu condamnais les innocents et tu acquittais les coupables, alors que le Seigneur a dit : “Tu ne feras pas mourir l’innocent et le juste.”
Eh bien ! si réellement tu as vu cette femme, dis-nous sous quel arbre tu les as vus se donner l’un à l’autre ? » Il répondit : « Sous un sycomore. »
Daniel dit : « Voilà justement un mensonge qui te condamne : l’Ange de Dieu a reçu un ordre de Dieu, et il va te mettre à mort. »
Daniel le renvoya, fit amener l’autre et lui dit : « Tu es de la race de Canaan et non de Juda ! La beauté t’a dévoyé et le désir a perverti ton cœur.
C’est ainsi que vous traitiez les filles d’Israël, et, par crainte, elles se donnaient à vous. Mais une fille de Juda n’a pu consentir à votre crime.
Dis-moi donc sous quel arbre tu les as vus se donner l’un à l’autre ? » Il répondit : « Sous un châtaignier. »
Daniel lui dit : « Toi aussi, voilà justement un mensonge qui te condamne : l’Ange de Dieu attend, l’épée à la main, pour te châtier, et vous faire exterminer. »
Alors toute l’assemblée poussa une grande clameur et bénit Dieu qui sauve ceux qui espèrent en lui.
Puis elle se retourna contre les deux anciens que Daniel avait convaincus de faux témoignage par leur propre bouche. Conformément à la loi de Moïse, on leur fit subir la peine que leur méchanceté avait imaginée contre leur prochain :
on les mit à mort. Et ce jour-là, une vie innocente fut épargnée.


Psaume 23(22),1-2ab.2c-3.4.5.6.

Le Seigneur est mon berger :
je ne manque de rien.
Sur des prés d'herbe fraîche,
il me fait reposer.

Il me mène vers les eaux tranquilles
et me fait revivre ;
il me conduit par le juste chemin
pour l'honneur de son nom.

Si je traverse les ravins de la mort,
je ne crains aucun mal,
car tu es avec moi :
ton bâton me guide et me rassure.

Tu prépares la table pour moi
devant mes ennemis ;
tu répands le parfum sur ma tête,
ma coupe est débordante.

Grâce et bonheur m'accompagnent
tous les jours de ma vie ;
j'habiterai la maison du Seigneur
pour la durée de mes jours.

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean 8,12-20.

En ce temps-là, Jésus disait aux pharisiens : « Moi, je suis la lumière du monde. Celui qui me suit ne marchera pas dans les ténèbres, il aura la lumière de la vie. »
Les pharisiens lui dirent alors : « Tu te rends témoignage à toi-même, ce n’est donc pas un vrai témoignage. »
Jésus leur répondit : « Oui, moi, je me rends témoignage à moi-même, et pourtant mon témoignage est vrai, car je sais d’où je suis venu, et où je vais ; mais vous, vous ne savez ni d’où je viens, ni où je vais.
Vous, vous jugez de façon purement humaine. Moi, je ne juge personne.
Et, s’il m’arrive de juger, mon jugement est vrai parce que je ne suis pas seul : j’ai avec moi le Père, qui m’a envoyé.
Or, il est écrit dans votre Loi que, s’il y a deux témoins, c’est un vrai témoignage.
Moi, je suis à moi-même mon propre témoin, et le Père, qui m’a envoyé, témoigne aussi pour moi. »
Les pharisiens lui disaient : « Où est-il, ton père ? » Jésus répondit : « Vous ne connaissez ni moi ni mon Père ; si vous me connaissiez, vous connaîtriez aussi mon Père. »
Il prononça ces paroles alors qu’il enseignait dans le Temple, à la salle du Trésor. Et personne ne l’arrêta, parce que son heure n’était pas encore venue.


Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris

Commentaire du jour :

Saint Clément d'Alexandrie (150-v. 215), théologien
Stromates (trad. Ephata III, p. 1386 alt.)

« Je suis la lumière du monde »

    Quand toi, Seigneur Jésus, tu me conduis à la lumière, et que je trouve Dieu grâce à toi, et que de toi je reçois le Père, je deviens ton cohéritier (Rm 8,17), puisque tu n'as pas rougi de m'avoir comme frère (He 2,11). Enlevons donc l'oubli de la vérité, enlevons l'ignorance ; et ayant dissipé les ténèbres qui nous enveloppent comme un nuage sur les yeux, contemplons le Dieu véritable, en proclamant : « Salut, lumière véritable ! »

    Car la lumière s'est levée sur nous qui avons été plongés dans les ténèbres et enfermés dans l'ombre de la mort (Lc 1,79), lumière plus pure que le soleil, et plus belle que cette vie d'ici bas. Cette lumière est la vie éternelle, et ils vivent, tous ceux qui y participent. La nuit fuit la lumière et, se cachant par peur, cède au jour du Seigneur. La lumière qui ne peut être éteinte s'est répandue partout, et l'Occident a rejoint l'Orient. Voilà ce que signifie la « création nouvelle ». En effet, le soleil de justice (Ml 3,20) qui illumine toutes choses resplendit sur tout le genre humain, à l'exemple de son Père qui fait lever son soleil sur tous les hommes (Mt 5,45) et les arrose de la rosée de la vérité.


--------------------------------------------
L'Evangile au Quotidien,
4 Quai KOCH - 67000 STRASBOURG - FRANCE
--------------------------------------------



 

Posté par cidh2050 à 08:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,